Qui est ce Calao qui voyage ?

J’ai toujours été fascinée par le calao, cet oiseau aussi étrange qu’élégant. Je l’ai découvert pour la première fois dans un zoo en France : un magnifique calao bicorne très emblématique de son espèce. Avec son long bec et son plumage coloré, il m’a fait penser au toucan. Mais sa protubérance nasale, son casque osseux proéminent, le différencie de son cousin d’Amérique du Sud et en fait un animal tout à fait original et intrigant.

Calao Bicorne Zoo

Je ne savais pas à l’époque qu’il jouerait un rôle si particulier dans ma vie.

Quelques années plus tard, me voilà résidente en Côte d’Ivoire (le récit de mon arrivée en terre ivoirienne est à lire ici). Je retrouve cet oiseau au long bec un peu partout dans les marchés artisanaux, les restaurants, les hôtels et même les galeries d’art.

Très vite, j’apprend que le calao est un des symboles de la mythologie africaine en Afrique de l’ouest. Il est en effet l’oiseau primordial et protecteur des Sénoufos, une ethnie du nord de la Côte d’Ivoire (présente aussi au Burkina-Faso et au Mali). Dans les mythes Sénoufos, le calao est l’un des cinq premiers animaux apparus sur terre avec le caméléon, la tortue, le serpent et le crocodile. Il transporte les âmes des morts dans l’autre monde et sert généralement dans les rites initiatiques du Poro.

Chaque partie de son corps a une signification symbolique :

  • le ventre bombé : la fécondité, la fertilité et la prospérité.
  • le dos large : la capacité à encaisser et à endurer pour assurer la postérité.
  • les ailes déployées : la protection.
  • le long bec : la sagesse de celui qui parle peu mais s’exprime pour s’engager avec détermination.

J’ai eu la chance d’observer deux spécimen de cette espèce lors de safaris : le petit calao à bec rouge dans le parc national de la Pendjari au Bénin et le grand calao terrestre d’Abyssinie dans le parc de Murchinson Falls en Ouganda. Récemment, j’en ai même aperçu un à Abidjan, sur l’île Boulay, mais je n’ai pas eu le temps de le photographier.

 

Et c’est pendant ce voyage au Bénin, en avril 2018, que le nom de mon blog m’est apparu comme une évidence. « Isa aux pays des éléphants », « Parenthèse africaine » et « D’Ivoire et d’ailleurs » tenaient pourtant bien la corde mais j’étais trop hésitante pour être vraiment convaincue par ces idées-là.

Un beau jour, après avoir enfin appris quel oiseau se cachait derrière le personnage de Zazou dans le Roi Lion – ce qui a laissé mes fils totalement indifférents mais m’a totalement enthousiasmée – j’ai senti que j’avais enfin trouvé le nom de mon blog (et pourtant, je ne suis pas une adepte des « signes »…).

Comme moi, cet animal :

  • se rencontre en Afrique sub-saharienne,
  • aime la forêt tropicale et la savane,
  • mange des fruits et des animaux (je suis une Fourmi Verte de Babi mais pas encore totalement végétarienne),
  • vit en famille avec son compagnon et ses petits, entouré de sa bande de copains.

Ok stop, j’arrête la comparaison  !!!

Voilà donc comment j’ai décidé d’embarquer ce drôle d’oiseau, à mes côtés, dans un long voyage à bord de mon blog. J’espère que vous allez aussi embarquer avec nous 🙂