0 Dans Afrique/ Bénin

La Route des Esclaves de Ouidah

La Route des Esclaves est un lieu de mémoire unique et exceptionnel. Située à Ouidah, sur les rives béninoises du Golfe de Guinée, cette route fait revivre les derniers pas des 2 millions d’hommes, femmes et enfants qui ont été arrachés à leur pays et vendus, comme de la vulgaire marchandise, par les rois du Dahomey aux Européens. Du marché des esclaves à la porte de Non Retour, 7 étapes et 4 kilomètres pour remonter le temps et rendre hommage.

 

La place des enchères

Au XVIIIe siècle, Africains et Européens s’y échangeaient toutes sortes de marchandises. Les uns vendaient des produits manufacturés, les autres des esclaves (prisonniers de guerre issus d’ethnies rivales, victimes de razzias ou encore coupables d’adultères). 1 pipe valait 5 esclaves, 1 bouteille d’alcool 10 esclaves, 1 canons 15 hommes ou 21 femmes…

De ce marché, il reste aujourd’hui une petite place dénommée « Place Chacha » en l’honneur de Don Francisco de Souza, alia Cha Cha (vite vite), marchand d’esclave brésilien, représentant du Roi auprès des Européens. La plupart des Souza du Bénin sont paraît-il ses descendants.

Place des enchères Ouidah Bénin

« C’est sous cet arbre et en cette place que se tenaient les enchères publiques pendant lesquelles les esclaves destinés aux Amériques étaient troqués contre des marchandises de pacotille ».

La maison fleurie

Elle était située juste en face du marché mais a été détruite. Une fois vendu, chaque esclave devait s’y rendre pour y recevoir la marque, au fer rouge, de son acheteur. Puis il entamait sa longue marche, sur la route jusqu’à l’océan.

 

L’Arbre de l’Oubli

La route des esclaves est jalonnée de 23 magnifiques statues colorées. La plupart ont été réalisée par Cyprien Tokoudagba, peintre et sculpteur béninois reconnu internationalement. Elle représente chacune une part de l’histoire de Ouidah, notamment les symboles des différents rois du Dahomey (l’oiseau, le lion, la hyène, le caméléon, le singe, le serpent, la jambe …) ou encore de la traite des esclaves.

Arrivés à l’Arbre de l’Oubli, les esclaves hommes devaient en faire le tour 9 fois, et les femmes 7 fois de façon à oublier leur famille, leur histoire, leur culture et leur identité et devenir des êtres sans aucune volonté.

Arbre de l'oubli Ouidah Bénin

« En ce lieu se trouvait l’arbre de l’oubli. Les esclaves mâles devaient tourner autour de lui neuf fois. Les femmes sept fois. Ces tours étant accomplis, les esclaves étaient censés devenir amnésiques. Ils oubliaient complètement leur passé, leurs origines et leur identité culturelle pour devenir des êtres sans aucune volonté de réagir ou de se rebeller. »

Peu après l’Arbre de l’Oubli se trouve le Mémorial Zomachi (Escale du retour). Ce lieu de mémoire, hommage aux descendants d’esclaves qui sont revenus au Bénin, n’a en fait jamais été construit. Mais les fresques du mur d’enceinte qui racontent la vie des esclaves ainsi que la révolte de Haïti en 1791 menée par Toussaint Louverture méritent qu’on s’y attarde.

 

Les cases Zomaï

Les esclaves étaient ensuite conduits dans des sortes d’entrepôts totalement obscures et exigus (« Zomaï » signifiant « que le feu ou la lumière ne s’y attarde pas ») dans lesquels ils étaient enfermés pendant 3 à 4 mois jusqu’à l’arrivée des navires négriers. Des conditions de vie horribles – entassés les uns sur les autres, dans le noir, rarement nourris – qui étaient censées leur donner un avant-goût de ce qui les attendait dans les bateaux. Il ne reste rien de ces cases qui ont été remplacées par des sculptures.

« En effet, en cet endroit se trouvait une grande case hermétiquement close où les esclaves étaient enfermés dès leur arrivée à Zounbodji. Et d’où ils ne sortaient que pour être transférés vers l’arbre du retour. Cette séquestration absolue désorientait totalement les esclaves et rendait extrêmement difficile toute tentative de fuite ou de rébellion; Ce séjour ici les conditionnait pour la vie de promiscuité et d’obscurité des cales des négriers. »

Case Zomai Ouidah Bénin

Casa Zomaï Ouidah Bénin

Le Mémorial du Souvenir

Les nombreux esclaves qui ne survivaient pas à leurs inhumaines conditions de détention étaient enterrés dans une fosse commune. Un mémorial et a a été érigé à cet endroit. Un mur des lamentations se dresse au milieu.

L’Arbre du Retour

A quelques mètres du mémorial, un arbre généreux, debout depuis 200 ans, trône au milieu d’une placette tel un témoin du passé. Une fois qu’ils quittaient les cases, les esclaves s’y arrêtaient et en faisaient 3 fois le tour. Ce rituel leur garantissait que leur esprit reviendrait sur la terre de leurs ancêtres quoi qu’il arrive et où qu’ils meurent. Dernière volonté accordée à des êtres humains en sursis.

Arbre du Retour Ouidah Bénin

La porte de Non Retour

La Route des Esclaves se termine par une immense porte inaugurée en 1995, symbolisant le passage des esclaves vers l’autre monde et l’impossibilité pour eux de revenir. La mer étant peu profonde, les navires ne pouvaient atteindre les côtes. Des pirogues les attendaient pour les conduire dans les navires. Ultime chance de se donner la mort et d’échapper à ce funeste destin.

 

La porte de Non Retour a été réalisée par Fortuné BANDEIRA, architecte, décorateur et peintre béninois.

Porte Non-Retour Ouidah Bénin

Plage Ouidah Bénin

La plage de Ouidah est celle qui a vu passer le plus d’esclaves en Afrique de l’Ouest en direction des Antilles, de Cuba, de Haïti et du Brésil. Les navires faisaient ensuite escale au Ghana puis au Sénégal avant d’entamer leur grande traversée. Les historiens estiment que 20% d’entre eux ont péri avant d’arriver de l’autre côté de l’océan.

INFORMATIONS PRATIQUES

  • La Route des Esclaves fait 4 kilomètres et se parcourt idéalement à pied.
  • Les cases Zomaï, le Mémorial du Souvenir ainsi que l’Arbre du Retour ne se trouvent pas sur la route même mais  à quelques dizaines de mètres à l’intérieur du village.
  • Je vous recommande évidemment de prendre un guide (compter environ 5000F CFA). Vous pouvez en trouver aisément lorsque vous visitez le Fort Portugais.

 

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez maintenant l’épingler sur Pinterest !

Route des Esclaves Pinterest

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

3 × deux =