0 Dans Côte d'Ivoire/ Littoral Atlantique

Eternelle Bassam : visite du quartier France

Grand-Bassam, surnommée tout simplement Bassam, ne préside plus – et depuis bien longtemps – la destinée de la Côte d’Ivoire. Mais elle garde les traces de sa grandeur d’antan et sera, pour toujours, la première capitale du pays (de 1893 à 1900).

Cette station balnéaire se situe à une quarantaine de kilomètres à l’ouest d’Abidjan, le long de la façade Atlantique. Elle est particulièrement prisée pour sa douceur de vivre et son interminable plage bordée de palmiers. Mais pas seulement !

Plage Bassam

 

Un patrimoine colonial exceptionnel

Grand-Bassam dispose d’un incroyable patrimoine culturel, notamment au sein du Quartier France, la ville coloniale construite sur une étroite bande de terre entre l’océan et la lagune. Véritable musée à ciel ouvert, il abrite des vestiges de la fin du XIXe et du début du XXe siècle : un remarquable exemple d’architecture coloniale avec des maisons fonctionnelles dotées de galeries extérieures, de vérandas et de jardins qui témoignent des relations entre Européens et Africains et même du mouvement en faveur de l’indépendance.

Maison coloniale Bassam

Le Quartier France est inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis juin 2012. Une promenade dans ses ruelles est l’occasion de découvrir un morceau de l’histoire tourmentée du pays.

Le plus ancien bâtiment du quartier est la Maison du Gouverneur qui héberge désormais le Musée National du Costume. Il fut construit en 1893 alors que Grand-Bassam devenait la première capitale de la colonie de la Côte d’Ivoire et désignait son premier gouverneur Français : le capitaine Binger (qui a donné son nom à Bingerville).

Musee Costume Bassam

En face se trouve l’ancien Palais de Justice, construit en 1911. Il est particulièrement ravagé par le temps et les embruns et est donc censé être le premier bâtiment rénové grâce aux financements de l’UNESCO et de l’état ivoirien – d’où les échafaudages en place sans qui la maison ne serait plus qu’un amas de pierres. Les travaux ont commencé en 2014 et le moins qu’on puisse dire est qu’ils n’ont pas beaucoup avancé … En attendant sa réhabilitation, le Tribunal se situe à l’entrée du quartier, dans une maison autrefois habitée par les fonctionnaires coloniaux, juste en face de la Préfecture.

Palais de Justice Bassam

En poursuivant le chemin, on découvre la Maison des Artistes, un bâtiment au charme tout particulier puisqu’il a été investi par un collectif d’artistes qui ont décoré les murs décrépis de la bâtisse avec leur portrait. Construit en 1905, il fut le premier entrepôt utilisé par les Français pour stocker des marchandises et commercer.

Maison des Artistes Bassam

Une grande maison blanche et verte est particulièrement représentative de l’architecture coloniale, adaptée au climat tropical, avec ses persiennes ajourées laissant passer la lumière mais pas les rayons de soleil. Il s’agissait des bureaux des Postes et des Douanes (les fameuses PTT), autrement dit la première Poste ivoirienne. Deux bâtisses à l’époque distincte mais désormais réunies qui accueillent des expositions de photos, notamment d’anciens clichés racontant l’histoire de la ville.

PTT Bassam

La maison coloniale mitoyenne héberge l’entité qui gère le patrimoine, pilote les travaux de rénovation et s’assure que les actions menées sont bien conforme aux critères d’exigence de l’UNESCO … un vaste chantier à tous les niveaux car faute d’éducation sur le sujet, les grands propriétaires des maisons coloniales refusent de se plier aux cahiers des charges et préfèrent faire ce qu’ils veulent dès lors qu’il est question de rénover ou aménager leur maison.

 

Terre de missionnaires et d’évangélisation

En face se trouve la première école fondée à Bassam par les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame des Apôtres. Elles se sont installées en 1898 à Grand-Bassam et y vivent encore. Leur école, toujours active, était exclusivement réservée aux métisses, enfants des colons. Une autre école, située quelques mètres plus loin dans la même rue, était elle réservée aux enfants des employés des colons.

Ecole des Soeurs Bassam

Avant les sœurs, ce sont deux pères des Missions Africaines de Lyon, Alexandre Hamard et Emile Bonhomme, qui arrivèrent en 1895 pour évangéliser Grand-Bassam. Un monument leur rend hommage. De cet endroit, on peut apercevoir, dans une petite rue perpendiculaire à l’artère principale du quartier, la première église de Côte d’Ivoire, consacrée en 1896. Celle-ci fut détruite lors de la grande épidémie de fièvre jaune en 1899 mais reconstruite depuis et est toujours en fonction. La maison (jaune) est aujourd’hui celle de l’Evêché de Grand-Bassam.

Maison Jaune Evéché Bassam

 

La grande épidémie de fière jaune et la fin de l’ère bassamoise

Arrivés au bout de la rue, au niveau du restaurant la Commanderie, est érigé le Monument aux Morts français qui rend hommage aux victimes de l’épidémie de fièvre jaune ayant emporté 2/3 des colons présents à Bassam en 1899. Ce monument, sculpté par Alfred Lenoir, fut inauguré en 1914. Il est surmonté d’une Marianne portant un bouquet de fleurs dans ses bras.

Monument Morts Bassam

L’épidémie dura jusqu’en 1903, ce qui explique pourquoi Grand-Bassam perdit son statut de capitale au profil de Bingerville en 1900. Dès lors, Grand-Bassam continua de jouer un rôle important au sein de la colonie, notamment avec la mise en service de son wharf maritime (177 m de long) et de son phare en 1901. Mais le centre névralgique de la colonie de la Côte d’Ivoire se déplaça durablement vers l’ouest, d’abord à Bingerville puis à Abidjan qui en devint la capitale en 1933.

 

Un comptoir commercial très actif

Juste après ce monument se trouve le Centre de Céramique qui réunit les potiers et céramistes de la ville. Nous n’avons pas pris le temps de le visiter mais il fera évidemment l’objet d’une prochaine visite à Bassam ! Lors de l’époque coloniale, bien avant de devenir un centre artistique dans les années 1980, il abritait les Cercle de l’Union Européenne, haut-lieu de retrouvailles des colons entre eux.

Centre Céramique Bassam

 

Nous poursuivons notre chemin jusqu’à la lagune, à l’endroit qui accueillait autrefois le marché aux poissons ainsi que le marché aux légumes construit en 1934. Sur la droite se trouve le quartier de la communauté N’zima (peuple du groupe des Akans) qui célèbre la Nouvelle Année fin octobre/début novembre lors de la fête de l’Abissa. J’espère pouvoir y assister cette année … Et sur la gauche, une bibliothèque ainsi que le centre culturel Jean-Baptise Mockey, du nom du premier Maire de Grand-Bassam, qui possède, sur la façade latérale, de magnifiques portes en bois sculpté.

La balade se déroule désormais le long de la lagune Ouladine, sur une route bordée de magnifiques manguiers qui furent plantés par Henri-Charles Roberdeau, 4ème gouverneur de Côte d’Ivoire et dernier de Grand-Bassam (1898-1902).

Manguiers Bassam

L’emplacement stratégique de cette artère, au bord de l’eau et proche du wharf, suscita le développement du trafic maritime et l’installation de grandes maisons de commerce, dont la CFAO (Compagnie Française d’Afrique de l’Ouest) qui fut fondée en 1888.

CFAO Bassam

 

Les premiers mouvements en faveur de l’indépendance

Juste à côté se trouve le premier supermarché de Côte d’Ivoire : un vestige particulièrement remarquable pour sa fresque extérieure qui dépeint la Marche des Femmes de 1949. Ces femmes se sont soulevées contre la puissance coloniale pour demander la libération de leurs époux, frères ou fils, militants anti-colonialistes, qui croupissaient en prison sans aucune forme de procès. Elles marchèrent, le 24 décembre 1949, d’Abidjan à Bassam, jusqu’à la prison pour réclamer justice. Nombres d’entre elles furent blessées par les autorités françaises. Même si elles n’obtinrent pas immédiatement gain de cause, elles devinrent des pionnières de la lutte pour l’indépendance du pays.

Premier supermarché Bassam

Fresque Marche Femmes Bassam

La statue située au centre de la place de la Paix célèbre aussi leur courage. Elle représente 3 de ces femmes qui marchaient en tête du regroupement : Anne-Marie Raggi, Marie Sery Koré et Odette Ekra.

Le pont qui relie le quartier France à la ville, qu’on aperçoit depuis le bâtiment CFAO, a été rebaptisé Pont de la Victoire également en leur mémoire. Cet ouvrage métallique de 150 mètre de long et 10 mètres de large est aussi un vestige colonial intéressant. Il a été ouvert en 1928 et reliait donc le quartier France au quartier de Petit Paris, haut-lieu de la prostitution où les colons se rendaient plus souvent, en toute discrétion, en pirogue.

Portraits maisons Bassam

 

Marcel Treich-Laplène, fondateur de la Côte d’Ivoire

Juste avant d’atteindre le pont, se trouve un obélisque dédié à Marcel Treich-Laplène, aventurier français qui mena des missions d’exploration à l‘intérieur des terres de Côte d’Ivoire et signa de nombreux traités avec des chefs traditionnels. Il mourut à l’âge de 30 ans, épuisé par la maria et la fièvre, et fut enterré dans l’ancien cimetière des Européens de Bassam. Son corps fut ensuite exhumé et rapatriée en France en 1922. Rarement cité dans les manuels d’histoire, Treich-Laplène est pourtant celui qui a donné à la Côte d’Ivoire ses frontières actuelles et est donc à ce titre, considéré comme le fondateur du pays. Il a donné son nom à la commune de Treichville à Abidjan.

Treich-Laplène Bassam

Alors que nous laissons le pont sur notre droite, notre promenade s’achève avec 3 derniers bâtiments remarquables : la Mairie de Grand-Bassam, la pharmacie qui fut aussi la première limonaderie du pays en 1921 et la Préfecture du département de Sud-Comoé.

Limonaderie Bassam

Nous avons fait une boucle d’1h30 en partant du musée du Costume. Sans problème avec les enfants qui ont super bien marché et ont même adoré se faire prendre en photo devant les vestiges. Nous n’avons pas eu le temps d’explorer les artères secondaires. C’est dire s’il me reste encore beaucoup à explorer dans ce quartier !!

Vous l’avez compris, j’ai vraiment un faible pour Bassam et son histoire. J’adore arpenter ses ruelles à la recherche des merveilles architecturales coloniales. Mais force est de constater que le patrimoine bassamois est en piteux état. Et bien qu’il soit inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, sa réhabilitation semble au point mort. Espérons que ces joyaux ne soient finalement pas condamnés à disparaître …

Homme de dos Bassam

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

  • Grand-Bassam se trouve à 43km d’Abidjan vers l’est. Pour s’y rendre en voiture, on peut soit emprunter la nouvelle autoroute à la sortie de Gonzagueville, soit continuer par la route nationale qui longe l’océan et traverse le marché artisanal de Bassam. Personnellement, je préfère cette 2ème
  • Avant de vous promener dans le quartier France, je vous recommande de visiter le Musée National du Costume qui a été très bien restauré et possède une belle collection de costumes traditionnels du pays. C’est aussi là que vous pourrez trouver un guide pour vous accompagner dans la vieille ville.
  • En dehors des maisons coloniales et de la plage, il y a bien d’autres choses à voir à Bassam : le centre de céramique, le marché artisanal et notamment les tisserands de kita, le vieux phare, la place de la paix et la Cours Royale de Moossou.
  • Après le sport, le réconfort. Vous pouvez prolonger votre séjour à Bassam en déjeunant dans l’un des nombreux restaurants/hôtels qui se succèdent sur la route d’Azuretti le long de l’océan, (Assoyam Beach, la Madrague, l’Etoile du Sud, le Paradis Tropical …).

 

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

un × quatre =